Protection de l’Enfance : le rôle des psychologues

Protection de l’Enfance : le rôle des psychologues

De gauche à droite : Audrey ULYSSE, Marina OLMETA et Marine CRISTIANI

Le psychologue en milieu ouvert :

Marina DECLEVE OLMETA intervient en milieu ouvert dans le service d’Action Educative. Cette intervention a lieu lorsque les parents rencontrent des difficultés dans leurs responsabilités éducatives et/ou que les conditions de vie de l’enfant font que celui-ci est en situation de danger avéré ou potentiel au domicile.

Le Juge pour Enfants ordonne alors une mesure d’Action Educative en Milieu Ouvert qui a pour objectif de protéger l’enfant tout en le maintenant dans son milieu familial. L’action se caractérise par un accompagnement personnalisé, pluridisciplinaire, de l’enfant et de sa famille selon des modalités spécifiques telles qu’elles découlent du projet personnalisé.

L’intervention se fait au domicile et dans tous lieux jugés nécessaires.

La psychologue clinicienne propose aux familles un soutien psychologique. Ce soutien doit se faire sur le mode de la libre adhésion sans aucune injonction. Dans le cadre d’une démarche transdisciplinaire, elle participe à l’élaboration du projet individualisé d’accompagnement de l’enfant en lien avec les compétences et les ressources des familles.

Elle assume une fonction spécifique d’enrichissement des recherches et réflexions transversales, au niveau de l’ensemble du service ou des familles et de l’enfant en fonction des besoins évalués en équipe.

La psychologue est également amenée à soutenir les accompagnements en développant les liens avec les réseaux d’intervention pour le soin psychique des personnes, en fonction de la nature des besoins et des règles éthiques.

Elle propose des réflexions sur les problématiques et soutient les réflexions psychopédagogiques ou pluridisciplinaires de l’équipe éducative du service.

Son cadre de délégation contient l’avis clinique sur les situations, sur le travail institutionnel, l’animation des groupes de réflexion, la participation aux temps de réflexion sur les projets d’accompagnements éducatifs.

Elle apporte également un conseil technique à l’équipe éducative en travaillant sur les expertises psychologiques ou psychiatriques ordonnées par le Magistrat et en accompagnant les parents qui le désirent dans la consultation et la compréhension de ces expertises.

Sur l’année 2017, le soutien psychologique a concerné 239 personnes soit :

–          123 enfants

–          106 parents (35 pères, 71 mères)

–            10 Tiers Digne de Confiance

Sur l’année 2017, au regard des besoins constatés non satisfaits, le service a développé des actions nouvelles mises en œuvre par le psychologue, à savoir des médiations parentales, qui sont pour certaines ordonnées par le Juge pour Enfants, et des médiations familiales entre l’enfant et son parent et ce pour tenter de rétablir une communication difficile et pour éviter une rupture. Ce type d’actions nouvelles a concerné  20 familles.

Ces rencontres font l’objet d’un suivi régulier et d’un travail psycho éducatif de réflexion et d’analyse.

Le Psychologue en Hébergement :

Lors d’un danger avéré, le Juge pour Enfants peut ordonner l’accueil d’un mineur dans un établissement  comme la Maison d’Enfants à Caractère Social (M.E.C.S) “le BELLA VISTA” pour les mineurs de 3 à 18 ans  ou une pouponnière pour les 0 à 3ans.

Audrey ULYSSE intervient en tant que psychologue clinicienne au sein de l’unité « Pouponnière » de l’UMCS et du groupe des « petits » (3/12 ans) de la M.E.C.S “le BELLA VISTA” et Marine CRISTIANI intervient en tant que psychologue clinicienne au sein du groupe « adolescents garçons ».

Leurs missions s’intègrent et respectent les objectifs de travail définis par le projet d’établissement.

– Elles sont  amenées à traiter des situations complexes inhérentes aux problématiques de placement, des difficultés plurifactorielles rencontrées par l’enfant, l’adolescent et sa famille.

– Elles adaptent les outils, apportent  leur regard d’expertise, évaluent la nature des difficultés et ouvrent sur des perspectives futures de travail, voire d’orientation.

– Elles  nourrissent et impulsent une réflexion constante sur les pratiques professionnelles du quotidien.

– Elles participent  à l’élaboration du  projet individuel d’accompagnement, à sa mise en œuvre et à son adéquation avec le développement de l’enfant.

– Elles s’inscrivent  dans une dynamique de travail pérenne avec les différents partenaires et l’ensemble des acteurs impliqués dans la prise en charge et le parcours du mineur.

– Elles contribuent à définir des objectifs de travail ainsi que des actions conduites  par une équipe tout en veillant à ce que leur mise en œuvre soit adaptée aux spécificités de la problématique de chacun.

– Elles exercent leur rôle et leurs fonctions de psychologue en enrichissant le projet de l’enfant et en élaborant des stratégies qui s’intègrent à la dynamique familiale et aux axes spécifiques du travail autour de la parentalité.

Leur spécificité d’intervention réside dans les caractéristiques de leur public.

Le travail avec les plus petits se fait davantage par le biais de l’observation du développement.

Auprès des adolescents, la  psychologue structure le travail clinique sur l’histoire et la recherche de sens que comporte la vie de ces jeunes hommes accueillis. Les besoins de tous les adolescents sont de l’ordre de la bienveillance, de la bientraitance, le tout résultant de la volonté de « prendre soin de ». Ce qui suppose pour le psychologue de l’unité d’entendre ce qui se manifeste de leurs symptômes, de leurs dires et de leurs actes comme autant d’expressions de leur construction de sujet.

Bien que chaque situation soit singulière et spécifique, les motifs et conditions d’arrivée sur la M.E.C.S tracent un certain nombre de problématiques psychosociales. De plus, l’adolescence est une période marquée par une grande instabilité et de ce fait une grande fragilité. Les adolescents sont dans un travail de remaniement identitaire et d’affirmation de leur individualité et de leur singularité. En tant que créateur d’espaces pour penser/panser, et « monteur de praticable »,  c’est en cela que le psychologue propose aux jeunes un soutien régulier à partir d’un travail d’élaboration psychique, de prise de conscience sur un problème ou questionnement donné, le tout en étroite collaboration avec l’ensemble de l’équipe afin d’œuvrer au soutien de l’adolescent. Des entretiens cliniques individuels de soutien (et non à visée psychothérapeutique) leurs sont proposés  sur l’unité mais aussi des ateliers de médiation à visée thérapeutique en collectif, soit autant d’espaces proposés afin de favoriser l’expression de soi et permettre à l’adolescent de mettre en mots ses maux, tout en restant dans le repérage de signes de ce qui peut s’écouter.

En conclusion, quelque soit le secteur d’intervention, leur rôle au sein de l’institution se situe entre le suivi de l’usager et le travail institutionnel. Leurs fonctions sont d’assurer le suivi d’un mineur, envisagé dans son rapport à son entourage socio-affectif (familles, tutelles etc.) et institutionnelle (équipe pluridisciplinaire), le tout en étant porteur du cadre thérapeutique.

C’est en cela que les psychologues occupent une position de « tiers » dans la relation entre l’usager et les professionnels et entre l’institution et l’entourage socio-affectif.

Autrement dit, le psychologue a une place à part. Il est à la fois parfaitement intégré au travail en groupe transdisciplinaire, et en même temps, seul représentant au sein de chaque unité de sa profession avec une certaine exclusivité dans sa pratique et son  savoir.

Ceci constitue une force et un atout dans son positionnement institutionnel. De sa place, il peut subvertir à minima les dispositifs et les discours en proposant un autre regard.

En effet, fort de ce positionnement, il peut effectuer « un pas de côté » afin d’offrir des points de vue inédits qui sont autant d’occasions d’encourager le débat, la réflexion et la remise en question dans l’intérêt du mineur.

 

 

 

 



Newsletter

Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter et recevez les dernières nouvelles de l’UMCS…